LE CPAS de Charleroi organise, les 25 et 26 mai, deux journées « We must act : après l’indignation vient l’action ».

L’objectif? « créer un espace de parole, de débats et d’échanges constructifs et dynamiques en plein cœur de Charleroi ! »

Un colloque, un Ballroom, un Village Citoyen , deux expo photo… Les organisateurs ont réussis à mettre en action des acteurs majeurs de Charleroi. Ils les présentes en trois axes:

  • l’axe académique avec le Centre Interuniversitaire de Formation Permanente,
  • l’axe culturel avec le BPS22,  le Musée de la Photographie et Charleroi Danses,
  • et l’axe associatif avec le PAC.

Bref, au vu des lieux et des partenaires choisis, c’est l’occasion de découvrir Charleroi autrement. Vous trouverez plus d’informations sur le site internet : www.wemustact.be.

Attention : Le service de promotion demande à chacun de bien vouloir diffuser l’événement!

Résumé du programme:

  • Expo: Inside out / Smile (B.P.S.2)
  • Expo: Habillage photographique de Charleroi (Musée de la Photographie)
25 mai 2012
  • 09h – 17h : De l’indignation à l’action – Modes actuels d’action et de mobilisation sociales (La Géode)
  • 09h – 18h : Village Citoyen (Place du Manège)
26 mai 2012
  • 09h – 18h: Village Citoyen (Place du Manège)
  • 14h – 18h: Ballroom (Place du Manège)
  • 18h – 22h: Concerts de clôture (Place du Manège)

Facebook, Twitter, Wikileaks… La révolution mondiale? – conférence sur le rôle de réseaux sociaux à Charleroi

Mercredi passé :s Le 25 mai, petit événement à Charleroi : une conférence sur le web en dehors de Technofutur! C’est la fête!🙂 En fait, ça s’est passé au Vecteur et mine de rien, ce n’était pas si mal pour une première. 

J’en ai retenu quelques petites phrases, prises à la volée désolée mais je ne sais plus de quel intervenant/membre du public ça vient :s

A l’origine, la conférence portait sur le rôle des réseaux sociaux dans les récentes révolutions arabes. Mais finalement, ce que j’en ai retenu n’a rien avoir avec ça! :s

Programme annoncé:

Facebook, Twitter, Wikileaks… La révolution mondiale?

Des révolutions du Printemps arabe aux révélations de Wikileaks; de la manifestation SHAME.be pour la formation d’un Gouvernement à l’appel manqué de Cantona à retirer son argent des banques… Internet et les médias sociaux offrent aujourd’hui de nouvelles possibilités d’actions politiques ou subversives. Le militant 2.0 serait il le nouveau héros du XXI siècle? Et le cyberactivisme la forme contemporaine du combat politique? Jusqu’où peuvent nous mener ces nouvelles formes d’expression individuelle et collective?

  • Marc Sinnaeve – chargé de cours et Président de la section Presse-information de l’IHECS
  • Jean-Luc Manise – expert en médias sociaux, journaliste et Directeur des secteurs Culture et Éducation Permanente au CESEP
  • Thibaud De Clerck – journaliste, blogueur http://www.thibaudd.be
  • Animation: Denis Dargent – PAC Charleroi

Les phrases ne sont pas de moi, juste les avis😉

 

« Procès de la vitesse plus que de la technique »

Lors de la conférence, il a été souligné que la radio et la télévision ont eu le même effet qu’Internet en leur temps. Le débat se répète avec l’apparition des différentes techniques. Le problème n’est donc pas le web mais bien la vitesse à laquelle l’information peut être publiée et partagée.

Problème de croisement des sources et donc erreur et donc manque de crédibilité. Quid de la compétitivité des journalistes?

 

« L’éducation des lecteurs, la seule solution? »

Dans un monde parfait, les lecteurs liraient plusieurs sources d’informations et ne croiraient pas le premier post facebook qui passe. (toute ressemblance avec des faits réels est purement fortuite)

Dans un monde parfait, les rédacteurs (dans le sens : celui qui écrit, journalistes, blogueurs et anonymes confondus) croiseraient leurs sources et ne seraient pas appâtés par le prestige d’être le premier sur l’info.

Étant donné que l’homme est ce qu’il est, on tourne un peu en rond.

Qui est responsable quand une info est erronée?

Celui qui la publie ou celui qui la croit sans vérifier?

Ce n’est pas le job des médias de fournir des infos de qualité pour permettre aux lecteurs de gagner du temps ?

Ma réponse à moi, c’est: Effectivement c’est leur job. Mais tout travail mérite salaire. Alors je n’accepterais pas de payer pour un (exemple au hasard) Vif/L’express (allez un peu de pub) erroné. Mais sur Internet, si je ne paie pas mon info, à moi de faire le boulot donc je vérifie.

Pour ceux qui n’auraient pas compris, je suis totalement d’accord avec le fait que développer l’esprit critique des citoyens résoudrait beaucoup de problèmes, notamment sur le web et ses « rumeurs ».

En découle: mais qui va nous apprendre à penser alors ?

« Google fait de l’info, il n’a pas un rôle d’éducateur »

Google fait beaucoup de chose. De l’info, du mail, de l’agenda, un lecteur de flux… même un programme de dessin 3D.

Google, c’est génial. C’est utile. Maintenant on peut même partager et éditer des documents word ou excel.

Mais Google a un défaut. Et de taille dans le sujet présent: il ne peut pas penser à notre place!

Bon bah si ni Google ni les réseaux ne peuvent penser à notre place, il n’y a plus que l’école pour nous apprendre à réfléchir. Tiens mais c’est pas son rôle à la base ?

 

Je conclurais avec :

« La compétitivité de la vitesse? Quel prix? Qui en profite? »

 

Ce genre de phrase, j’adore. Ça permet de beaux et grands débats devant la machine à café. Entre le chien écrasé de la veille et la dernière rumeur Facebook, la théorie du complot. Mais bon on est pas prêt de les arrêter, CIA et compagnies.😉 Autant faire avec.

Plus sérieusement, la vraie question, c’est pas plutôt  » qu’est-ce que ça change pour moi? »

L’info, la plupart du temps, profite à quelqu’un. Le tout est de savoir déduire plus ou moins à qui l’info qu’on a sous les yeux profite et s’il est influencé.

 

Voila dernier petit sujet dont je voulais parler: les Lunchtml. Le but est d’organiser des rencontres autour du web, un peu comme le café numérique. Mais à Charleroi. (je n’ai pas pu résister pour le gras :p)

Bon, pour l’instant, ils n’ont organisé qu’une seule rencontre.  Donc je vous invite à cliquer sur le premier lien et à soutenir le groupe Facebook, histoire de les encourager.